L'ordre social est plus fragile qu'on ne le croit et l'on a trop vite abandonné l'idée de progrès. Progrès économique, social, scientifique, technique, de niveau de vie, etc… Mais comment vouloir le progrès dans le monde tel qu'il est ? L'essentiel est dans la posture, dans le choix entre le oui et le non, entre la soumission à la pensée unique et la politique de la volonté. Le bonapartisme peut et doit être cette politique de la volonté. Mais quelle est la différence entre le bonapartisme et la pensée unique ?

Le bonapartisme c'est l'égalité, la récompense du mérite, la souveraineté populaire et l'Etat-Nation. La pensée unique c'est l'inverse, le communautarisme, le chacun pour soi, le fédéralisme. Concrètement c'est la lutte entre d'un côté la souveraineté dans l'Etat, la solidarité nationale et l'autorité de l'Etat et de l'autre la charité, la ségrégation, le déclin du service public et l'Etat minimum.

Le bonapartisme doit être ce catalyseur d'énergie qui amène à une véritable politique de "développement durable" synonyme de progrès. Un développement durable qui ne s'arrête pas à l'écologie, au principe de précaution et aux parcs nationaux mais qui nous amène vers une "politique de civilisation". Un développement qui invite à penser quantitatif et qualitatif, économie et société, marchand et non marchand, court terme et long terme. Un développement qui nous oblige à réintroduire dans notre raisonnement les solidarités, les réciprocités, la culture, l'environnement … Le progrès commence quand on imprime une direction, quand on sait où l'on veut aller. Mais il ne faut oublier que le développement ne se décrète pas, il se stimule et il s'oriente et cela c'est le rôle du politique.

Dans l'ordre politique : Le bonapartisme comme projet, la nation et l'Etat comme point d'appui et l'Europe comme espace de civilisation. Sans nostalgie, sans regrets, en regardant vers l'avenir. Le bonapartisme comme conjugaison de l'égalité et du mérite, comme clé de partage entre la sphère privée et la sphère publique. Le bonapartisme comme point d'équilibre entre le respect de la liberté individuelle et l'exigence collective. La nation comme espace privilégié de solidarité et de coopération. Si la nation n'exclue pas les autres espaces, elle passe avant et cela à cause de l'Histoire, de la culture et des valeurs. Le sentiment national et non le nationalisme. La France ouverte vers le grand large mais qui ne se dissout ni culturellement ni politiquement. La nation doit être un creuset politique, économique, culturel … L'Etat comme levier, la seule force capable de porter un projet collectif. Un Etat unit, toute souveraineté est dans l'Etat et elle ne se partage pas.

Cette politique du développement, cette politique du creuset doit avoir pour ambition de créer une nouvelle citoyenneté, un nouveau pacte social et économique et un nouvel esprit de conquête. Il faut pour cela entreprendre, créer, innover, inventer. Il faut investir massivement dans la qualitatif et dans le quantitatif, dans le capital productif et dans le capital humain. Il faut investir dans l'école, dans la ville, dans l'aménagement du territoire, dans la recherche. Il faut investir dans la réforme fiscale, dans la réforme sociale, dans la réforme de l'Etat.

Face à la pensée unique qui nous répète inlassablement ses axiomes d'impossibilité de la France, de l'Etat, d'impossibilité du progrès social, d'impossibilité d'une autre politique, le bonapartisme est là. Le bonapartisme doit être la force du non. Le bonapartisme en tant que comportement et recours a de nouveau une signification.

Notre mouvement est un mouvement qui vit et qui se développe et dont les énergies sont fédérées par ce bonapartisme. Nous devons, après avoir profité de cette année 2004, avec la proclamation de l'Empire et le Sacre et de l'engouement suscité auprès des Français, continué à travailler pour qu'enfin tous comprennent qu'une autre politique est possible et souhaitable.

David SAFORCADA